Biographie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Biographie

Message par Vince Apprenti-Magicien le Ven 24 Mar - 14:12

Harry Houdini (né Ehrich Weisz le 24 mars 1874 à Budapest, alors en Autriche-Hongrie - mort le 31 octobre 1926 à Détroit, aux États-Unis) est un prestidigitateur américain d'origine hongroise.

Enfance
Harry Houdini est né à Budapest, en Autriche-Hongrie1. À partir de 1907, il prétend être né le 6 avril 1874 à Appleton dans le Wisconsin.
Le père d’Houdini était Mayer Samuel Weisz (1829-1892), un rabbin ; sa mère était Cecilia Steiner (1841-1913). Ehrich avait 5 frères et une sœur : Herman M. (1863-1885) ; Nathan J. Weisz (1870-1927) ; Gottfried William Weisz (1872-1925) ; Theodore Weisz (1876-1945) ; Leopold D. Weisz (1879-1962) et la fille, Gladys Carrie Weisz (1882-1915).
Il émigra avec sa famille aux États-Unis le 3 juillet 1878, à l’âge de 4 ans, sur le SS Fresia avec sa mère, alors enceinte, et ses quatre frères. Son nom sur la liste était Ehrich Weiss. Ses amis l’appelaient « Ehrie » ou « Harry ».
Ils vécurent tout d’abord à Appleton dans le Wisconsin, où son père était rabbin de la Communauté juive réformée de Sion. En 1880, la famille vivait à « Appleton Street ». Le 6 juin 1882, le rabbin Weiss devint citoyen américain. Après avoir perdu sa charge de rabbin de la Communauté juive réformée de Sion, il alla à New York avec Ehrich en 1887. Ils vécurent dans une pension de famille située sur « East 79th Street ». Le reste de la famille les rejoignit lorsqu’il trouva un logement plus stable.
Enfant, Ehrich eut plusieurs emplois (vendeur de cravates, messager et apprenti serrurier2) avant de devenir champion de cross country. Il fit ses premières apparitions publiques dès l’âge de 9 ans, en tant que trapéziste, se surnommant lui-même « Ehrich, le prince des airs ». Il devint magicien professionnel et commença à se faire appeler « Harry Houdini » car il admirait le magicien français Jean-Eugène Robert-Houdin.

Carrière.
Il commence sa carrière comme magicien dans les foires, accompagné de son frère Théodore, dont le nom d'artiste est Théo Hardeen.
En 1893, il rencontre sa femme Wilhelmina Béatrice Rahner (Bess Raymond) (1876-1943), qu'il surnomme Bessie. Elle rejoint le duo Houdini et ils se marient la même année.
Avant de devenir célèbre, il est le compagnon de tournée des Trois Keaton dans un « Medecine show ». Le troisième Keaton est Joseph Frank « Buster » Keaton et ce dernier tient son nom de Houdini lui-même. Après une chute du jeune garçon, Houdini s'écria « That was a real buster » (qu'on pourrait traduire par « Ça, c'était une vraie bonne chute ! ») et le nom resta4.
Il acquiert une grande notoriété médiatique en 1898 lorsqu'il lance un défi à la police de Chicago, affirmant qu'il pourrait se libérer d'une cellule de leur prison en moins de 30 minutes. Il y parvient en trois minutes grâce à un passe-partout dissimulé dans son œsophage, technique qu'il avait apprise d'un avaleur de sabres rencontré sur les foires.
Ses meilleurs tours consistent à s'évader d'une malle remplie d'eau, fermée et enchaînée, ou d'un bidon en métal.
Au moment où naît le spiritisme, il cherche à démasquer les médiums en parcourant le pays, en exposant publiquement les trucs d'illusionnistes qu'ils utilisent. Il présente les résultats de ses enquêtes dans des ouvrages tel que Miracle Mongers and their Methods ou encore A Magician Among the Spirits. Il sera impliqué dans le débat scientifique avec les tenants de la métapsychique concernant la question de savoir si certains médiums auraient d'authentiques dons paranormaux ou si tout peut au contraire s'expliquer par ce qui est aujourd'hui qualifié de mentalisme. Harry Houdini est encore aujourd'hui un modèle pour d'autres magiciens impliqués dans le scepticisme scientifique, tels que par exemple James Randi ou encore Gérard Majax.
Cette activité lui valut l'amitié de Sir Arthur Conan Doyle, le créateur de Sherlock Holmes. Après la mort de sa femme et de certains de ses proches, Conan Doyle s'était mis à croire au spiritisme, ainsi que dans l'existence des fées. Il croyait ainsi que Houdini possédait de véritables pouvoirs paranormaux, qu'il utilisait pour bloquer ceux des médiums qu'il confondait. Bien qu'Houdini insistât sur le fait que les médiums spiritualistes utilisaient des supercheries (et en révélât continuellement les tricheries), Conan Doyle se convainquit qu'Houdini possédait lui-même des pouvoirs surnaturels (il exprime ce point de vue dans son livre Les Frontières de l’inconnu).
Cette activité de démystification des médiums lui permet d'accroître sa notoriété. Il garde secrètes ses meilleures astuces mais prend soin de montrer qu’il y a toujours un truc dans ses tours, accessibles au commun des mortels, tout en recommandant au public non-entraîné de ne pas les tenter, vu le danger qu’ils représentent.
En 1906, il publie le livre The Unmasking of Robert-Houdin (Robert-Houdin démasqué) où il s’attaque violemment à la réputation de Robert-Houdin, minimisant la révolution de la prestidigitation que celui-ci aurait apportée. La justification de cette attaque est toujours discutée entre les magiciens eux-mêmes : Houdini voulait avoir la réputation du plus grand magicien de tous les temps, et cela l’amena à des imprudences. Il affirmait par exemple pouvoir comprendre n’importe quel tour de prestidigitation s’il le voyait faire trois fois. Dai Vernon, qui fut consacré plus tard comme étant une des plus grandes figures de la prestidigitation, lui présenta un tour sept ou huit fois, et Houdini dut s’avouer vaincu : Vernon en profita pour ajouter dans ses publicités : « The Man Who Fooled Houdini », l’homme qui a trompé Houdini. Cela donne une idée de la réputation immense qu’Houdini avait à cette époque.
En 1920, le grand Harry Houdini a joué dans The Master Mystery, de Harry Grossman et Burton L. King ; c'est une série de 15 épisodes qui introduit l'un des premiers robots à l'écran. Il s'avère en fin de compte que c'est un homme qui se fait appeler « l'automate » et court dans un costume de robot.
Il est aussi le héros et coscénariste de L’Homme de l’au-delà5, film de Burton L. King, en 1922.
Le judaïsme d'Houdini fait l'objet d'un certain nombre d'études : par son identification au judaïsme, l'antisémitisme auquel il fait face. Il est enterré dans un cimetière juif, contrairement à son épouse.
Croyances.
Pour Houdini, le seul objectif de la pratique du spiritisme, même s'il n'y parvint jamais, est d'entrer en contact avec l'esprit de sa mère disparue en 1913, seule preuve pour lui que ces phénomènes psychiques puissent exister. Il déclare toutefois: « Je crois fermement, et cette croyance est fondée sur des recherches, des observations, et, en partie, sur mon expérience personnelle, que d'une quelconque manière, ailleurs et à une autre époque, nous revenons sous une autre forme humaine pour poursuivre notre tâche dans une autre vie, peut-être plusieurs autres vies, jusqu'à ce que quelque étrange destin ait trouvé son aboutissement. »
Franc-maçon, il fut initié dans l'actuel Masonic Hall de New York[réf. nécessaire]. Il fut initié à la St Cecile Lodge no 568 de New York le 17 juillet 1923. Il passa Compagnon le 31 du même mois et élevé à la Maîtrise le 21 août. Il rejoignit également les Shriners (Mecca Temple) en 1926.
Décès.
Le 22 octobre 1926, au Princess Theatre de Montréal, Houdini, alors en train de se faire peindre par un jeune artiste, reçoit la visite de l'étudiant de l'université McGill Joselyn Gordon Whitehead. Houdini avait l'habitude de demander à quelqu'un dans le public de lui infliger un coup de poing dans le ventre, pour prouver qu'il était invincible. Whitehead lui demanda alors s'il pouvait effectivement endurer des coups au ventre, ce à quoi Houdini aurait répondu par l'affirmative. L'étudiant se précipita alors sur Houdini et le frappa violemment, sans avertissement, à de multiples reprises au bas-ventre. Dès l'après-midi, le magicien se plaint de douleurs14.
Quelques jours plus tard, dans sa chambre privée à Détroit, peu avant une de ses représentations, son médecin l'examine et reporte une fièvre à 40 °C. Houdini refuse toutefois d'annuler sa représentation qu'il effectue non sans difficultés. Le jour d'Halloween, Houdini décède d'une péritonite consécutive à une rupture de l'appendice. Le fait que les dommages de son appendice aient été ou non causés par les coups qu'il reçut de Whitehead fait aujourd'hui l'objet de controverses. Houdini souffrait en effet depuis plusieurs mois de douleurs au ventre. Ces faits ont été décrits et discutés notamment dans le premier chapitre du livre The Edge of the Unknown (Les frontières de l'inconnu) d'Arthur Conan Doyle, publié en 1930.
Un de ses descendants (en lien avec les auteurs d'une biographie controversée d'Houdini) a réclamé le lundi 26 mars 2007 à la justice américaine une exhumation, pour faire pratiquer une autopsie et vérifier la rumeur selon laquelle le magicien aurait été assassiné.
Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Harry Houdini de Wikipédia en français
avatar
Vince Apprenti-Magicien
Admin

Messages : 157
Date d'inscription : 08/01/2017
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur http://apprentismagiciens.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum